Marie-José CHAUMONT, Avocat spécialiste en Droit Social
Retour à l'accueil / Domaines de compétences / Modalités d’intervention
Points de vue et analyses / Complétez vos connaissances / Autres sites
Mon Parcours / Dernières nouvelles juridiques / Dossiers économiques
Vous êtes chef d’entreprise, D.R.H., responsable du personnel

Posez vos questions en ligne à un avocat conseil en droit du travail

 



 
Les mérites de la Direction par les objectifs
 

En cette période estivale, je vous propose de lire ces quelques lignes, qui pourraient être attribuées à un spécialiste en gestion des ressources humaines :

«  Il n’est pas bon que les supérieurs qui ont des officiers sous eux veuillent trop mettre la main dans leurs affaires, traitant les personnes comme des instruments par qui ils s’exécutent. (…)
Plus les supérieurs subordonnés verront qu’on leur témoigne de confiance et qu’ils sont traités avec égards, plus aussi, afin de ne pas se laisser vaincre en bons procédés, se porteront-ils volontiers à entrer dans les vues de leurs supérieurs majeurs et s’appliqueront-ils avec ardeur à s’acquitter de leur emploi. Quand quelqu’un en effet est spécialement chargé d’une affaire, il veille avec plus de sollicitude à sa  réussite, il juge mieux de ce qui convient pour cela et il reçoit du Ciel un secours approprié à cette fin.
Mais si les pouvoirs et l’autorité sont trop étroitement limités par les supérieurs et si ceux-ci prennent en main ce que leurs inférieurs ont en charge, cette défiance est odieuse, puis le zèle se relâche aussitôt comme pour des affaires qui vous sont étrangères ; enfin le secours particulier de la divine grâce est perdu.
De plus, pour bien traiter une affaire, il faut nécessairement le pouvoir et la compétence. Or, la compétence appartient en général à celui qui a la charge de traiter l’affaire, l’ayant continuellement sous les yeux. Si l’on diminue son pouvoir et si le supérieur lui-même, étant mal au courant de l’affaire, s’immisce dans les tractations, le pouvoir est séparé de la compétence avec de très grands inconvénients. De là, dans toute société, soupçons, discordes, querelles, quand les chefs ne se contentent pas de leur charge et entrent dans la charge des ordres. Tout l’ordre est détruit par cette confusion. »

Certains s’interrogeront sur l’efficacité du secours de la protection divine invoquée dans cette belle leçon de management. Mais il est vrai que son auteur n’est  autre que Saint Ignace de Loyola...